S'inspirer

Comment renforcer son sentiment d’efficacité personnelle ?

Prenons deux personnes disposant de compétences et aptitudes égales. Celles-ci peuvent obtenir des résultats ou performances bien différentes face à une tâche dans le champs de leur compétence. Cette différence de résultat s’explique notamment par les croyances liées à notre efficacité personnelle. 

Qu’est-ce que le sentiment d’Efficacité Personnelle? (SEP)

Le SEP est une croyance que nous avons envers nous même sur notre capacité à réussir. Cette croyance est au coeur de nos pensée, émotions, de notre motivation et de nos actions.

Le sentiment d’efficacité personnelle d’un individu ne concerne pas le nombre d’aptitudes qu’il possède, mais ce qu’il croit pouvoir en faire dans des situations variées.

Jacques Lecompte dans « Les applications du Sentiment d’Efficacité Personnelle ».

Théorisé par le psychologue écrivain Albert Bandura en 1986, le SEP s’inscrit au sein d’une théorie socio-cognitive, c’est à dire au coeur d’une triade où se mêle la cognition de la personne (pensées, représentations), son comportement et l’environnement. 

Selon A. Bandura, l’efficacité est collective puisqu’elle est le fruit de l’interaction entre les croyances internes de l’individu et la réceptivité de l’environnement externe.

Le SEP et l’entreprise

Transposé au monde de l’entreprise, où les salariés s’engagent dans leur tâches et projets du quotidien, il convient de distinguer le SEP du salarié (intrapersonnel), ses attentes en terme de résultat (interpersonnel) et les récompenses dispensées par l’entreprise (interpersonnel). Ces récompenses peuvent être d’ordre symbolique (telle que la reconnaissance) ou matériel (avantages, primes). 

Le cas le plus favorable est celui de salariés avec un SEP élevé, évoluant dans une organisation réceptive à ses attentes fortes. Souvent, ce sont ces mêmes salariés qui quittent les organisations non réceptives pour aller vers des environnements répondant à leurs attentes. Cette fuite des salariés à SEP élevé est marquée chez la génération Y désireux de résultats visibles et quantifiables et récompensés.

Le Sentiment d’Efficacité Personnel se différencie de l’estime de soi. L’estime de soi est un jugement que l’on porte sur soi-même, sur sa propre valeur. Le SEP est le jugement que l’on porte sur soi-même dirigé vers la réalisation d’une tâche ou d’une activité. C’est la projection de notre capacité à réussir la tâche. Estime de soi et SEP se conjuguent, paradoxalement, il est possible d’avoir une faible estime de soi et un sentiment d’efficacité élevé dans certains domaines.

Comment renforcer son Sentiment d’Efficacité Personnel?

Pour augmenter ou maintenir un bon niveau de sentiment d’efficacité personnelle :

  • Adopter un raisonnement stratégique, centré sur la tâche, 
  • Fixer des objectifs stimulants et conserver son implication à les voir se réaliser,
  • Combiner un objectif à long terme (pour l’orientation, le sens) et une série de sous-objectifs accessibles à court terme,
  • Augmenter les efforts en cas d’échecs ou de recul, analyser ses points de progrès,
  • Aborder les éléments stresseurs ou les menaces avec recul et contrôle sur ceux-ci,
  • Se rappeler régulièrement nos réussites, nos réalisations positives du passé.

Ces moyens permettent une augmentation progressive du Sentiment d’Efficacité Personnel de manière durable. Croire en ses capacités de réussite permet d’adopter un comportement persévérant, concentré sur la tâche et in fine, tourné vers le succès. Enfin, il permet de lutter efficacement contre le stress en ayant un meilleur contrôle sur soi-même.

Lecomte, J. (2004). Les applications du sentiment d’efficacité personnelle. Savoirs, hors série(5), 59-90. doi:10.3917/savo.hs01.0059.